Une femme, un amour et le tiers monde de Nora Bahir

Nora BAHIR est une poétesse en herbe et étudiante chercheuse en littérature. Elle s’intéresse aux langues et à la littérature. Titulaire d’une licence en littérature française de la faculté des lettres et des sciences humaines de Mohammedia. Actuellement elle se consacre à l’apprentissage de la langue turque à l’université Aydin Istanbul en Turquie.

 

En septembre 2016 elle publie son premier recueil de poésie intitulé « L’abattoir de la sérénité » qui selon elle, est l’expression d’une réconciliation avec soi et avec le monde extérieur, ainsi que début d’un mariage officiel avec la plume. Cette année 2017 : en Aout elle publie une autofiction intitulée « Une femme, un amour et le tiers monde » disponible dés Septembre sur :

https://www.edilivre.com/catalog/product/view/id/863585/s/un-amour-tiers-mondiste-27b8dc053e/#.WdgIiFu0PIW

20525319_10155575037114921_9030138697185932816_n

Une femme, un amour et le tiers monde raconte l’histoire d’une enfant attachée à la terre et à la nature, qui a grandi entre la ville et la campagne…Kamar enfant sauvageonne dans la douce nature d’un village qui n’existe plus, elle adore s’enivrer du Parfum de la terre mouillée, s’abrite à l’ombre douce du jasmin, savoure du bout de la langue les fraiches gouttes de pluie. Puis c’est le premier jour d’école, un enfer avec une sorcière en guise de maitresse. Heureusement, Kamar déjà dotée d’une solide caractère parvient à convaincre sa mère de la changer d’établissement ou elle peut s’épanouir, même si jamais elle ne s’y plaira vraiment. Au diable toutes ces leçons qu’il faut apprendre par cœur et ânonner bêtement ! Et comment s’y retrouver entre l’arabe, la langue de l’écrit, le français que l’on parle et la darija, le dialecte maternel? Kamar se sent parfois perdue entre l’orient et l’occident. L’attente rythme aussi la vie de la fillette: son père multiplie en effet les allers-retours entre le Maroc et la France et chaque fois qu’il rentre, la joie exulte dans la maison et les soirées se poursuivent souvent jusqu’à l’aube. Tandis que les weekends, les anniversaires et les vacances scolaires sont l’occasion de fêtes mémorables entre cousins avec son cortège de bêtises d’enfants.

Kamar devient femme, elle prend conscience de la vie d’adulte et se rebelle, contre la tradition et les dogmes.

g6piqgV - Imgur

Publicités

Une réflexion au sujet de « Une femme, un amour et le tiers monde de Nora Bahir »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s